Chroniques littéraires

La nuit des temps (R. Barjavel)

« Vivre les malheurs d’avance, c’est les subir deux fois. Le moment présent était un moment de joie, il ne fallait pas l’empoisonner. »

En ce début d’année, j’ai choisi de vous parler d’un classique devenu l’un de mes préférés : La Nuit des Temps, de René Barjavel. 

Ce récit de science-fiction a été publié pour la première fois en 1968. Et il fait encore aujourd’hui partie de ces classiques qu’on nous impose de lire en cours de français en secondaire… J’imagine dès lors que nombre d’entre vous ont du le lire aussi ! 

Si j’ai choisi de vous en faire la chronique aujourd’hui, c’est parce que je l’ai récemment relu et que j’avais très envie de partager avec vous mes impressions.  

Résumé : 

Dans l’immense paysage gelé, les membres des Expéditions Polaires françaises font un relevé sous-glaciaire. Un incroyable phénomène se produit : les appareils sondeurs enregistrent un signal. Il y a un émetteur sous la glace…

Que vont découvrir les savants et les techniciens venus du monde entier qui creusent la glace à la rencontre du mystère ?

Mon avis : 

La nuit des temps, c’est un livre fascinant.
Barjavel nous dépeint le monde d’il y a 900.000 ans. Mais alors qu’on pourrait s’attendre à une société qui n’en serait qu’aux prémisses de l’Histoire de l’Humanité, on découvre un monde bien plus évolué que celui que nous connaissons aujourd’hui. Un monde doté d’une technologie déjà bien avancée, avec des véhicules capables d’aller dans l’espace, et des armes qui pourraient détruire la planète. Un monde où deux peuples s’opposent : Gondawa et Enisoraï, deux peuples différents l’un de l’autre et dont je parlerai dans un prochain article. 

Mais La nuit des temps, c’est aussi une histoire d’amour. Un amour tellement fort entre deux êtres que rien ne pourrait séparer. Cet amour, on le ressent à travers l’histoire racontée par l’auteur. 

Je dois avouer que la première fois que l’ai lu ce livre – j’avais 15 ans – je l’ai détesté, car je le trouvais trop long. Après les 100 premières pages (peut-être un peu avant), j’ai décrété qu’il manquait d’action et je ne suis pas allée plus loin. 

Certes, certains passages auraient pu être réduits, voire enlevés; certes, les 60 premières pages pourraient paraître interminables, avec beaucoup de descriptions; certes, on pourrait avoir l’impression que Barjavel a été avare dans sa ponctuation; mais en s’accrochant, on finit par découvrir un univers incroyable, décrit de telle manière qu’on visualise précisément Gondawa, ses paysages, ses rues et ses habitants. 

Pour conclure : 

La nuit est temps est peut-être bien un livre souvent imposé en cours de français, mais il continue de remporter un franc succès.
Ce roman, je le conseille sans hésiter, car pour moi, c’est devenu un véritable coup de cœur avec son histoire fantastique au cœur de la banquise.
Une histoire qui nous parle d’amour, mais aussi d’unité. L’unité des peuples du monde dont le seul et unique but est de protéger une découverte scientifique majeure qui pourrait changer l’Histoire. 

Pour découvrir un extrait, c’est ici.

Je mets :

*****

A bientôt !

1 réflexion au sujet de “La nuit des temps (R. Barjavel)”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s