Livres

Les livres qui m’inspirent – Partie I

Première partie des livres qui m’inspirent.

N’importe quel livre peut devenir une inspiration pour une personne. Entre romans de fictions et livres de développement personnel, certains m’ont plus marquée que d’autres. Les voici…

« La Dernière Leçon » – Mitch Albom

Résumé : 

Chacun d’entre nous a connu dans sa jeunesse quelqu’un qui a su comprendre ses aspirations et ses inquiétudes, lui a appris à voir les choses comme elles sont, l’a aidé à trouver sa voie, à devenir un adulte. Pour Mitch Albom, cet homme fut Morrie Schwartz, son professeur d’université.

Un jour, après l’avoir perdu de vue pendant plus de vingt ans, Mitch apprend que Morrie est atteint d’une maladie mortelle, une sclérose amyotrophique latérale, et qu’il a décidé de transformer sa mort en une dernière leçon de philosophie. Mitch lui rendra visite chaque mardi pendant de longs mois, pour chercher avec lui la réponse à cette question qui nous hante tous : comment vivre ?

Et la réponse sera simple, lumineuse, profondément humaine, aux antipodes de tous les discours convenus.

Ce livre est certainement celui qui m’a le plus inspirée dans la vie. Je l’ai lu pour la première fois quand j’avais quinze ans et je l’adore toujours autant. L’histoire, en plus d’être profonde, est une véritable leçon de vie. On s’attache à Morrie, ce vieux professeur malade qui s’apprête à accueillir la mort comme une amie. Car oui, Morrie va mourir et il le sait. Et c’est ce qui est d’autant plus émouvant dans ce roman. On découvre les derniers mois de Morrie, l’évolution de la maladie mais aussi son courage. C’est un homme qui veut partager avec son ancien élève, ainsi qu’avec le monde, la dernière leçon de sa vie. 

De nombreux sujets sont abordés au cours des rendez-vous de Mitch avec Morrie, des sujets importants tels que la vie, la famille, l’amour et la culture. Mais aussi des sujets plus douloureux tels que la tristesse, la peur ou encore la mort. 

Si je dois conseiller de lire un livre au moins une fois dans sa vie, c’est sans hésiter La Dernière Leçon. Croyez-moi, vous ne serez pas déçus. 

« Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » – Virginie Grimaldi

Résumé : 

– Vous souffrez probablement d’une forme de routinite aiguë.
– Une quoi ?
– Une routinite aiguë. C’est une affection de l’âme qui touche de plus en plus de gens dans le monde, surtout en Occident. Les symptômes sont presque toujours les mêmes : baisse de motivation, morosité chronique, perte de repères et de sens, difficulté à être heureux malgré une opulence de biens matériels, désenchantement, lassitude…
– Mais… Comment vous savez tout ça ?
– Je suis routinologue.
– Routino-quoi ?

Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l’impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l’y aider, elle n’hésite pas longtemps : elle fonce. À travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves…

Quelle est la définition du bonheur ? Comment échapper à la routine ? Comment prendre le temps de faire ce qui nous plaît ? 

On suit ici le parcours de Camille qui, bien qu’elle ait tout pour être heureuse, se rend compte qu’il lui manque quelque chose. Elle fait, un jour, la rencontre de Claude, un routinologue, qui va changer sa vie. Au travers d’exercices simples et ludiques, Camille va apprendre à profiter de la vie et poursuivre ses rêves. 

Ce livre m’inspire car les petits exercices auxquels s’adonne Camille peuvent très bien être réalisés par nous-mêmes. C’est surtout un roman qui nous fait prendre conscience de l’importance de faire ce qu’on aime et ce qu’on veut. 

« Lettre à un jeune poète », de Rainer Maria Rilke

Résumé : 

A un jeune homme qui lui demande s’il doit consacrer sa vie à la poésie, Rainer-Maria Rilke, âgé de vingt-huit ans, adresse un véritable  » guide spirituel « . De 1903 à 1908, il revient inlassablement sur les questions essentielles qui se posent au poète, au créateur. Ces dix lettres sont à la fois un moyen d’accès privilégié à l’univers de Rilke et un manuel de la vie créatrice de portée universelle.

Ce roman épistolaire nous fait découvrir les échanges entre un jeune homme passionné de poésie et l’auteur, Rainer Maria Rilke, poète et écrivain autrichien, auquel Franz envoie ses poèmes dans l’espoir d’obtenir son jugement. Mais c’est plus que des critiques que le jeune homme aura en retour de la part du poète.

En effet, les deux hommes échangeront sur la solitude, la création artistique, Dieu ou encore la nature. 

Dans le film Sister Act 2, Whoopy Goldberg fait référence à ce roman. Voulant convaincre Rita de ne pas abandonner le chant, elle lui révélera la grande leçon du roman : « si quand tu te lèves le matin, la première chose à laquelle tu penses, c’est faire de la poésie, alors tu es poète« .  Et c’est exactement ce que ce roman veut nous enseigner. Le jugement des autres importe peu, pour autant que l’on fasse ce qu’on l’on aime. 

« La Ligne Verte », de Stephen King

Résumé : 

Paul Edgecombe, ancien gardien-chef d’un pénitencier dans les années 1930, entreprend d’écrire ses mémoires. Il revient sur l’affaire John Caffey – ce grand Noir au regard absent, condamné à mort pour le viol et le meurtre de deux fillettes – qui défraya la chronique en 1932.La Ligne verte décrit un univers étouffant et brutal, où la défiance est la règle. Personne ne sort indemne de ce bâtiment coupé du monde, où cohabitent une étranger souris apprivoisée par un Cajun pyromane, le sadique Percy Wetmore, et Caffey, prisonnier sans problème. Assez rapidement convaincu de l’innocence de cet homme doté de pouvoirs surnaturels, Paul fera tout pour le sauver de la chaise électrique. Aux frontières du roman noir et du fantastique, ce récit est aussi une brillante réflexion sur la peine de mort. Un livre de Stephen King différent de ses habituelles incursions dans l’horreur, terriblement efficace et dérangeant. 

Que ce soit le livre ou le film, l’histoire est, pour moi, l’une des plus belles que j’ai lues. On s’attache à ce mystérieux prisonnier qu’est John Caffey – « Comme la boisson, sauf que ça s’écrit pas pareil » – et ce lien qui se forme entre lui et Paul, le gardien-chef du Bloc E dont la ligne verte tracée sur le sol indique le chemin vers la chaise électrique. Mais ce roman ne s’intéresse pas qu’à John et Paul. Il s’intéresse également aux autres prisonniers, tels que Delacroix et sa souris, Mr. Jingle. Qu’on aime les pensionnaires du couloir de la mort ou qu’on les déteste, ils font eux aussi partie de cette magnifique histoire. 

Sans compter le sujet tabou de la peine de mort. Et la question de sa réelle nécessité.

Et puis, il y a l’époque à laquelle l’histoire se déroule. Une époque où la ségrégation raciale était très marquée. Après tout, un homme de couleur qui se tient à proximité des corps de deux fillettes ne peut être que le meurtrier, non ? 

« Comme par magie », d’Elizabeth Gilbert

Résumé : 

Depuis près de dix ans, des milliers de lecteurs de par le monde ont été inspirés et influencés par les livres d’Elizabeth Gilbert. 
Aujourd’hui, l’auteur puise dans son propre processus de création pour partager avec nous sa sagesse et son point de vue unique sur la créativité, et nous encourage à aller à la recherche de notre inspiration. Elle nous montre comment capturer ce que nous aimons le plus et comment tenir tête à ce qui nous fait peur ; évoque les attitudes, les approches et les habitudes dont nous avons besoin pour vivre notre vie de la façon la plus créative qui soit. Que nous souhaitions écrire un livre, relever de nouveaux défis professionnels, poursuivre un rêve trop longtemps mis de côté ou simplement insuffler un peu plus de passion dans notre quotidien, Comme par magie nous ouvre les portes d’un monde de merveilles et de joie.

Tout est résumé dans le résumé ! Elizabeth Gilbert nous fait part de ses expériences de vie en tant qu’écrivain afin de prouver l’importance de poursuivre ses rêves, peu importe qu’on ait peur et peu importe les obstacles qu’on rencontre. Elilzabeth Gilbert nous livre ses conseils ainsi que des astuces pour vivre sa vie avec créativité. 

Ce livre ne s’adresse, en plus, pas qu’aux écrivains. N’importe qui souhaitant faire quelque chose de créatif ou simplement désireux d’apporter de la magie dans sa vie, peut le lire ! 

« L’art subtil de s’en foutre », de Mark Manson

Résumé : 

Depuis quelques années, à travers son blog au succès phénoménal, Mark Manson explore les aspirations délirantes qui déforment notre perception du monde. Il propose ici sa sagesse pratique, joyeusement insolente. C’est en regardant en face nos peurs, nos défauts et nos incertitudes – en arrêtant de fuir et d’éviter -, que nous pourrons trouver le courage et la confiance qui nous manquent tant.

Mark Manson invite à un moment de parler vrai en mode je-te-regarde-dans-les-yeux, fait d’histoires vécues et d’humour potache. Un livre-manifeste pour construire des vies plus réjouissantes, plus ancrées.

OK, j’applique pas encore tout à fait à la lettre ce qui est expliqué dans cet ouvrage… Mais ce livre vaut vraiment la peine d’être lu. Sincèrement. Présenté comme étant « un livre de développement personnel pour ceux qui détestent le développent personnel », ce livre vous amène à la conclusion qu’il ne sert à rien de se prendre la tête pour tout ce qui arrive puisque de toute façon, ça arrive. Le pire étant que lorsqu’on se prend la tête pour quelque chose, on se crée encore plus de problèmes et on tombe dans un cercle vicieux. 

Mêlé d’humour et d’expériences de sa propre vie, Mark Manson nous encourage à mener la vie que veut vivre, comme on veut la vivre et clairement, d’en avoir rien à faire de ce que les autres pensent ou disent. Sympa, non ? 

Voilà la première partie des livres qui m’inspirent. D’autres suivront certainement. 
En attendant, j’espère que certains d’entre eux vous inspireront autant qu’à moi ! 

Bonnes lectures. 

A bientôt !