Inspiration

Dystopie – « La Servante Ecarlate »

« Nolite te bastardes carborundorum »

Avez-vous déjà entendu parler de la série The Handmaids’ Tale – La Servante Écarlate ?

Inspirée du roman du même nom de Margaret Atwood, il s’agit d’une dystopie se déroulant dans un futur post-apocalyptique, au cœur d’une nouvelle société patriarcale (on y reviendra).


Le Livre

Publié en 1983, La Servante Écarlate nous raconte l’histoire de June, une servante envoyée chez les Waterford avec pour seule mission : procréer. June devient alors Defred – servante du Commandant Fred Waterford et son épouse, Serena.

L’histoire est racontée depuis le point de vue de June qui nous parle de sa nouvelle vie ainsi que de son ancienne, avec son mari, sa fille, sa mère et sa meilleure amie. Ainsi l’on peut découvrir ses pensées mais aussi ce qu’elle voit, ce qu’elle vit et ce qu’elle ressent.

Toutefois, le roman, contrairement à la série, m’a laissée sur ma fin, avec des interrogations concernant l’avenir de June. Mais ça, c’était avant que je ne découvre la suite de l’histoire de June être racontée dans la série !

Gilead

Gilead est une république fondée par des fanatiques religieux aux Etats-Unis et où ce sont les hommes qui dirigent. Un immense tri a été fait parmi la population : tous ceux qui ne correspondent pas à la société de Gilead, dont les fondements sont inspirés de l’Ancien Testament, sont condamnés à mort. Cela concerne, entre autre, les gays, lesbiennes, enseignants, et artistes.

Les femmes sont, quant à elles, réparties en plusieurs catégories :

  • les Epouses des Commandants dirigent la maison et sont peut-être les seules femmes à avoir encore un semblant de pouvoir;
  • les Marthas s’occupent des tâches ménagères et de la cuisine;
  • les Econofemmes sont les épouses des hommes pauvres;
  • les Tantes sont chargées de former et veiller sur les Servants;
  • les Servantes ont un seul rôle : la reproduction.

Toutes les autres qui n’entrent dans aucune des ces catégories (les femmes âgées ou infertiles, notamment) sont envoyées dans les Colonies où elles sont forcées de manipuler des déchets toxiques.

En quoi s’agit-il d’une dystopie ?

Une dystopie est un récit de fiction dépeignant une société imaginaire, organisée de façon à empêcher ses membres d’atteindre le bonheur. Elle peut aussi être considérée comme une utopie qui vire au cauchemar.

Dans La Servante Écarlate, Gilead a été créée, soi-disant, pour lutter contre l’infertilité, principalement due à la pollution et les déchets toxiques. Les rares bébés qui viennent au mondes sont souvent « inaptes », parce que souffrant de malformation ou mort-nés.

En réalité, il s’agit surtout d’une société patriarcale, dirigée par des hommes qui justifient leurs actes par une interprétation masculine de l’Ancien Testament.

Voici un exemple illustrant parfaitement cette interprétation :

Lors de la Cérémonie, la Servante doit s’allonger sur le lit de l’épouse du Commandant, laquelle lui tient les poignets pendant que son époux viole la Servante. Le but : que cette dernière tombe enceinte.

Voici, à présent, le passage de la Bible dont est extrait cette scène :

Rachel, voyant qu’elle-même ne donnait pas d’enfants à Jacob, devint jalouse de sa soeur et elle dit à Jacob :
« Fais-moi avoir aussi des fils, ou je meurs. »
Jacob s’emporta contre Rachel, et dit : « Est-ce que je tiens la place de Dieu, qui t’a refusé la maternité ? »
Elle reprit : « Voici ma servante Bilha. Va vers elle et qu’elle enfante sur mes genoux : par elle j’aurai mois aussi des fils. »

Genèse, 30 : 1-3

Des inspirations de l’Histoire passée et future

Margaret Atwood s’est inspirée de nombreux faits qui se sont produits au cours de notre Histoire, sur notre planète.

L’identification selon la couleur de la tenue peut rappeler l’Etoile de David que devaient porter les Juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale, ainsi que les symboles et lettres cousus sur les uniformes portés par les prisonniers dans les camps.

Les Colonies rappellent, quant à elles, les camps de concentration dans lesquels étaient emmenés les prisonniers qui étaient d’ailleurs forcés d’y travailler.

La série, The Handmaids’ Tale a également gagné en notoriété avec, notamment, la prise de position de Donald Trump quant à l’avortement.
La tenue rouge des Servantes ainsi que la phrase Nolite te bastardes carborundorum sont d’ailleurs devenus les symboles de la lutte pour le droit des femmes et l’avortement.

De même, les problèmes de fertilité que rencontrent de plus en plus de femmes et d’hommes, qui peinent à concevoir un enfant.

Enfin, la pollution et le réchauffement climatique qui sont également une raison évoquée par Gilead pour justifier son existence.

La série

La série, The Handmaids’ Tale – La Servante Écarlate, en est aujourd’hui à sa troisième saison – une quatrième est en cours de développement.

Cette série commence là où le roman commence mais l’histoire va bien au-delà du récit de Margaret Atwood, qui travaille également sur la série en tant qu’auteure (elle y fait même une petite apparition !)

Apparition de Margaret Atwood en Tante dans la série

Les Testaments

Si le roman ou la série (ou même les deux) vous ont plu, Margaret Atwood a récemment publié une suite à La Servante Ecarlate : Les Testaments, dont l’histoire se déroule quinze ans après les événements de la Servante Ecarlate.

Voici le résumé :

Quinze ans après les événements de La Servante écarlate, le régime théocratique de la République de Galaad a toujours la mainmise sur le pouvoir, mais des signes ne trompent pas : il est en train de pourrir de l’intérieur.
À cet instant crucial, les vies de trois femmes radicalement différentes convergent, avec des conséquences potentiellement explosives. Deux d’entre elles ont grandi de part et d’autre de la frontière : l’une à Galaad, comme la fille privilégiée d’un Commandant de haut rang, et l’autre au Canada, où elle participe à des manifestations contre Galaad tout en suivant sur le petit écran les horreurs dont le régime se rend coupable. Aux voix de ces deux jeunes femmes appartenant à la première génération à avoir grandi sous cet ordre nouveau se mêle une troisième, celle d’un des bourreaux du régime, dont le pouvoir repose sur les secrets qu’elle a recueillis sans scrupules pour un usage impitoyable. Et ce sont ces secrets depuis longtemps enfouis qui vont réunir ces trois femmes, forçant chacune à s’accepter et à accepter de défendre ses convictions profondes. 

Voilà que s’achève cet article qui, je l’espère, vous donnera envie de lire le roman ou regarder la série, ne fût-ce que par curiosité 😉

A bientôt !

4 réflexions au sujet de “Dystopie – « La Servante Ecarlate »”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s