Chroniques littéraires

Le Carnet (C. Prévalet)

« Mais ce qu’on est aux yeux des autres, ce qu’on paraît, à la première impression, puis tout le long du chemin de la vie… C’est important. »

Aujourd’hui, c’est d’un roman jeunesse auto-édité dont je vais vous parler : Le Carnet de Cloé Prévalet.

Cloé Prévalet est une autrice que j’ai découverte parmi la communauté littéraire de Twitter. C’est elle qui est venue vers moi pour me suggérer de lire son premier roman et j’ai tout de suite accepté.

Le Carnet, c’est un roman jeunesse qui aborde un thème important de l’adolescence : la découverte de sa sexualité.


Résumé

Lucas a dix-sept ans.
Sa passion : la musique
Son ennemie : sa timidité
Son secret : sa bisexualité
Et si un simple carnet était la solution à tous ses problèmes ?

Lucas Flanagan partage sa vie entre le lycée et la musique dans laquelle il trouve refuge. D’une timidité excessive, le jeune homme cherche à s’intégrer dans la société tant bien que mal.
C’est alors que tout bascule. Il est bisexuel.
Son monde s’écroule jusqu’au jour où il fait la rencontre d’un mystérieux personnage, encré dans les pages d’un carnet.


Mon avis

Lucas, un garçon timide à la recherche de son identité

Lucas, c’est un garçon timide de 17 ans qui vit dans l’ombre de son meilleur ami, Valentin. Ce dernier est tout le contraire de Lucas : il est charismatique, il plaît à tout le monde, il a confiance en lui. Bref, il représente tout ce à quoi Lucas voudrait ressembler.

Avec ses parents, le dialogue se limite au stricte nécessaire. Lucas est un garçon renfermé qui ne se confie qu’à travers ses chansons.

Mais la vie de Lucas va être bouleversée lorsque, lors d’une soirée arrosée avec des amis de valentin, un jeu d’Action ou vérité va amener Nathan à embrasser Lucas.

Ce geste va troubler Lucas qui va commencer à se poser de questions sur ce qu’il ressent à la suite de ce baiser. Ce questionnement et cette quête d’identité seront le fil conducteur de ce roman.

L’école, un univers impitoyable

L’histoire du Carnet se déroule principalement dans l’école de Lucas. Le récit nous montre à quel point la vie à l’école peut être parfois difficile.

Lucas, qui est déjà perçu comme un garçon bizarre, devient la victime des moqueries des autres élèves mais aussi de personnes supposées représenter l’autorité, telles que des enseignants.

Mais ces nouvelles émotions qu’il va commencer à ressentir pour Nathan puis, pour Alice, vont le bouleverser encore plus. Sa vie à l’école ne sera désormais plus pareille.

Un roman scindé en plusieurs parties

La première chose qui m’a frappée est la structure du roman qui est scindé en trois parties. Au début, j’ai eu du mal à comprendre cette structure et j’avoue que ce n’est qu’au milieu de la deuxième partie que je l’ai comprise.

L’histoire est structurée de manière à ce qu’on voit l’escalade de Lucas, au début perdu, il finit par se laisser dépasser par ses émotions. Il ne semble trouver aucun échappatoire à sa situation.

Puis, vient la troisième partie avec l’arrivée du carnet.

Un carnet tardif

J’avoue avoir été surprise de voir le fameux « carnet » n’arriver que tardivement dans le roman – dans la troisième partie. Cela m’a un peu déçue car je trouvais l’idée géniale.

Je pense qu’elle aurait pu être exploitée plus tôt dans le roman, peut-être en supprimant certains passages. En effet, je me suis demandée, pendant toute ma lecture, où était le carnet auquel le titre faisait référence.

Une plume délicate et des mots justes

La plume de Cloe Prévalet est délicate et poétique. Les descriptions sont comme une mélodie et malgré tout, l’autrice parvient à faire ressortir les émotions qu’il faut, avec le ton parfait et les mots justes.

« Des éclats de rire accompagnés de chants légèrement chaotiques envahissaient tout le jardin. La cape noire du ciel se parsemait d’un coton grisâtre, dissimulant pas à pas les milliers de points lumineux« 

J’ai eu, à plusieurs reprises, de la peine pour Lucas qui se retrouve seul et incompris, face aux autres qui ne semblent pas se préoccuper de lui. Mais j’ai aussi ressenti de la colère à cause du comportement de son entourage.

Conclusion

Le Carnet est un roman jeunesse qui interpelle. La thématique de la sexualité est abordée avec finesse, tout en dénonçant les difficultés qu’un adolescent peut rencontrer lorsqu’il découvre sa propre sexualité.

Les relations de Lucas avec sa famille, ses amis, son école. Tout cela est abordé avec réalisme.

La seule déception que j’éprouve est en rapport avec le carnet annoncé dans le titre et qui aurait pu être exploité plus tôt. Je le répète, l’idée était vraiment bien trouvée !

Pour l’acheter

Vous pouvez vous procurer Le Carnet sur Amazon, au format Kindle ou Broché.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s