Textes

[Micronouvelle] La nuit secrète de Halloween

Salut à tous,

Hier, alors que j’étais en pleine discussion avec moi-même afin de trouver mon projet pour le Nanowrimo, j’ai eu un « pif de génie » comme dirait Mouche dans Hook ou la revanche du Capitaine Crochet.

Voici donc une micronouvelle de Halloween toute mignonne qui m’a été inspirée par la célèbre chanson « This is Halloween«  du film L’étrange noël de Monsieur Jack.

Bonne lecture !

La nuit secrète de Halloween

Dans une petite ville dont nous tairons ici le nom afin d’éviter que les touristes ne l’envahissent soudainement, Halloween a un goût particulier. Si calme les trois soixante-quatre autres jours de l’année, la nuit du trente-et-un octobre est plutôt agitée.

Mais n’allez pas croire que cette effervescence est causée par les enfants qui, sous l’apparence de monstres et autres créatures étranges, réclament des bonbons en frappant aux portes du voisinage. Ni par les adolescents qui frémissent devant un bon film d’horreur, regardé jusque tard dans la nuit. Ni même à cause de quelques courageux qui, pour relever un défi insensé, s’aventurent dans l’obscurité du cimetière pour s’y raconter les légendes les plus terrifiantes.

Non. La nuit d’Halloween est bien plus particulière. Car à la nuit tombée, lorsque sonnent les douze coups de minuit et que les enfants sont endormis, squelettes, fantômes et autres sorcières prennent vie. Les arbres aux feuilles tombantes se dénudent complètement tandis que leurs troncs noircissent sous la mort qui les enveloppe. Le sol disparaît sous la fine brume qui se répand lentement dans la ville.

Alors que la Lune se dresse haut dans le ciel, des créatures mi-hommes mi-loups quittent leur tanière, hurlant à la nuit pour rassembler leurs congénères. Discrètement, à l’abri des regards indiscrets, émergent de sous la terre, des vampires aux lèvres retroussées, laissant apparaître des canines d’une blancheur aveuglante. Les yeux rouges et affamés, ils observent ces jeunes insouciants, se délectant de l’odeur de leur sang.

Les rues commencent à se remplir peu à peu de créatures toutes aussi étranges et terrifiantes les unes que les autres. Toutes se rassemblent sur la grande place, se retrouvant après ces douze mois de sommeil et d’attente. Au milieu, trône un gigantesque chaudron noir en fonte dans lequel bout un curieux liquide vert et visqueux. Des bulles s’en échappent, si épaisses qu’elles disparaissent dans les airs.  

Parmi la foule, se tient Skat, sans doute le squelette le plus connu de la ville. Son chapeau haut-de-forme et sa redingote lui donnent l’allure d’un gentleman anglais. Il discute avec Loke, un autre squelette dont le crâne a été remplacé par une citrouille au visage creusé pour lui donner un air effrayant.

Soudain, un homme dans une drôle de tenue ressemblant à un tablier de scientifique, se fraie un chemin jusqu’au chaudron. Il tient sa tête dans une main, saluant les convives de l’autre. C’est le Maire. Il grimpe sur l’estrade, posant sa tête sur le pupitre à ses côtés. Ses cheveux en pétard et ses lunettes d’aviateurs posées sur son crâne, il sourit à son public. Son discours de bienvenue est aussi bancal que sa démarche. Mais il ne tient pas son audience en haleine plus longtemps car les festivités sont sur le point de commencer.

Les nombreux invités se pressent jusqu’au chaudron pour goûter la célèbre potion de Possée, la sorcière au nez crochu et aux longs cheveux gris et filasses. Malgré son aspect rebutant, Possée est une gentille sorcière. Elle ne dévore généralement que les orteils des enfants qui n’ont pas été sages durant l’année écoulée. Sa potion, cependant, reste un mystère. Malgré les siècles, Possée a toujours refusé de dévoiler ses ingrédients, même à Skat et son charme légendaire.

La fête bat son plein. Au buffet, le sang coule à flot et certains vampires ont du mal à rester debout. Une momie essaie désespérément de récupérer ses bandes, volées par des enfants zombies qui filent se cacher dans le cimetière, tandis que des loups-garous s’affrontent dans un combat sanglant dont personne ne semble se soucier.


Pendant ce temps, Skat et Loke bavardent tranquillement, installés dans un coin. De temps en temps, Skat fait un clin d’œil à une sorcière passant par là. Sans doute l’une de ses nombreuses amantes. Les deux amis profitent de cette nuit pour parler du bon temps, riant devant la folie qui a envahi les lieux.

Mais déjà la nuit s’éteint pour laisser place à un soleil dont les rayons de l’automne se dressent à l’horizon. Les arbres se revêtent de leurs feuilles aux couleurs rouge et orange, les troncs reprennent vie à nouveau. La brume disparaît sous le ciel qui se couvre de traînées roses et blanches, signe que le jour pointe son nez.

Il est temps pour les créatures d’Halloween de quitter le monde des vivants. Les loups-garous retrouvent leurs tanières, les vampires s’enfuient jusqu’au cimetière. Les sorcières s’envolent au loin et Skat, Loke et tous leurs mais s’en retournent à leur demeure.

Nous sommes le premier novembre et les habitants de la ville se réveillent dans l’ignorance totale des événements passés. Tous sauf un petit garçon qui, curieux et réveillé par un étrange bruit, avait vu Skat et ses amis avancer dans la rue. Du regard, il les avait suivis jusqu’à ce qu’ils disparaissent dans la nuit.

[Crédit photo : Restaurant Déli-Frites, Malonne, Belgique (2019)]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s