Chroniques littéraires

Le dernier restaurant avant la fin du monde – D. Adams

« Le guide est exacte. La réalité est bien souvent erronée« 

J’ai écouté (oui, oui, vous avez bien lu) Le dernier restaurant avant la fin du monde, deuxième tome de la saga de Douglas Adams, H2G2 (ou Le Guide du Voyageur galactique) dont j’avais déjà chroniqué le tome 1.

Ce roman est lu par Nicolas Justamon, un comédien français qui se produit également en tant que voix-off de nombreux acteurs, jeux vidéos et autres livres audios.


Résumé

La cuisine anglaise est exécrable. Moins abominable, cependant, que la poésie des Vogons, un peuple fier, ombrageux, et éminemment irritable. D’ailleurs, les Vogons ont fait sauter la planète Terre, soi-disant par erreur. Pas de panique ! Grâce au fabuleux Guide galactique, le pauvre Arthur Accroc, ex-citoyen britannique désormais apatride et passablement désemparé devant tant d’inconvenance, pourra affronter sans crainte les improbables méandres d’un univers en folie. Rien ne l’empêchera, pas même un ascenseur dépressif, d’arriver à temps pour déguster le Plat du jour au Dernier Restaurant avant la Fin du Monde.


Mon avis

J’ai décidé de tenter l’expérience du livre audio pour ce second tome du Guide du Voyageur galactique. J’avais déjà essayé d’écouter des romans auparavant mais je n’ai jamais été convaincue. J’ai, tout de même, voulu donner une nouvelle chance aux livres audio en commençant par Le Dernier Restaurant avant la Fin du Monde.

Chaque soir, avant de m’endormir, j’écoutais au moins deux chapitres du roman. Etant de nature visuelle, j’avais peur de ne pas du tout accrocher à la lecture audio mais la voix de Nicolas Justamon est posée et très agréable à écouter. De plus, écouter un roman lu par quelqu’un d’autre m’a permis de beaucoup mieux visualiser l’univers, me donnant une impression de voyager avec les personnages.

En parlant de personnages, on retrouve d’ailleurs Ford, Trillian, Zaphod, Arthur Dent et bien sûr, Marvin, le robot dépressif que j’adore – non vraiment, c’est quelqu’un de très attachant – et qui sont, soudainement, attaqués par le vaisseau Vogon qui a détruit la Terre.

Cette fois-ci, nos personnages voyagent encore un peu plus loin dans la galaxie, font un saut dans le temps et atterrissent au Dernier Restaurant avant la Fin du Monde. Et quoi de mieux que déguster un bon steak, choisi soi-même, sur une vache qui se propose d’elle-même, tout en assistant à la fin du monde ?

Une fois encore, Douglas Adams nous fait voyager dans un univers riche, plein d’humour et de burlesque. Le vocabulaire complètement imagé de l’auteur nous emmène sur des planètes inimaginables, à la rencontre de peuples étranges et aux personnalités loufoques.

Sans oublier les extraits du guide qui continuent de nous être livrés, cassant le rythme de l’histoire pour nous permettre d’en apprendre plus sur la galaxie, notamment le langage à utiliser dans le Dernier Restaurant avant la Fin du Monde. Et si vous voulez un aperçu de la grammaire à appliquer, la série The Big Bang Theory vous en donne un exemple sur YouTube.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s