Chapitre I. L’Académie universelle de Séléné

Un train venait d’entrer dans la gare de Nyx. Touristes, navetteurs ou encore étudiants se pressèrent dans l’immense bâtisse en pierres blanches qui accueillait chaque jour des milliers de voyageurs en provenance des cités primaires de Séléné, ainsi que des visiteurs venus de partout dans la galaxie. Ou presque. Séléné avait, depuis toujours, été considérée comme le cœur de la Galaxie de Circé qui comptait sept planètes dont les civilisations avaient chacune leurs propres particularités. C’était d’ailleurs sur Nyx, la Capitale et principale cité primaire, que se déroulaient les échanges commerciaux entre les différents peuples de Circé. Séléné abritait également tous les bâtiments principaux de la Galaxie tels que le Tribunal galactique et l’Académie universelle, le plus grand centre éducatif de Circé, formant les étudiants de seize à dix-huit ans à leur future profession. Cette année était d’ailleurs une année particulière pour l’Académie qui accueillait sa cinq centième rentrée scolaire. Près de trois cent nouveaux étudiants étaient attendus dans cette prestigieuse école.

Tandis qu’il avançait dans le grand hall de la gare, Milo admirait, époustouflé, les immenses vitres qui s’ouvraient sur l’extérieur, derrière lesquelles l’on pouvait percevoir les hauts bâtiments de Nyx. Il suivait en silence Ulysse, son meilleur ami. Ce dernier s’était frayé un chemin parmi la foule de voyageurs originaires de leur cité. C’était la première fois que les deux garçons quittaient Euros. Ils avaient embarqué dans le premier train en direction de la Capitale, et c’était non sans une grande appréhension que Milo s’apprêtait à intégrer l’Académie universelle pour y devenir Explorateur. Son choix d’orientation n’avait guère étonné ses parents, bien que son père ait eu de nombreux doutes quant à ses capacités physiques. Et l’on ne pouvait lui donner tort. Malgré ses grandes connaissances intellectuelles, il n’avait jamais été doué en sport. Toi, Explorateur ? Ils vont te manger tout cru à la Capitale ! s’était un jour moqué son professeur d’éducation physique. Et il avait probablement raison. Car là où Ulysse était grand et fort, Milo n’était, quant à lui, qu’un garçon mince et à peine plus grand que la moyenne. Or, un Explorateur se devait de disposer d’une parfaite condition physique pour survivre en mission. Cependant, Milo était un garçon déterminé. Passionné d’astronomie, il avait dévoré tous les livres de la bibliothèque d’Euros sur le sujet et trépignait d’impatience à l’idée de découvrir la célèbre Grande Bibliothèque de Séléné.

Les premiers rayons du soleil illuminaient le parc qui s’étendait devant la gare. La Galaxie de Circé ne possédait plus qu’un seul soleil, Eos, depuis la mort de Némésis, sa jumelle. Cette dernière, plus âgée, avait fini par s’éteindre puis exploser, à présent remplacée par un trou noir. Plus il approchait de la sortie, plus Milo pouvait découvrir la magnifique capitale aux bâtiments construits en pierres blanches et dont chaque étage possédait de larges baies vitrées, donnant l’impression qu’ils pouvaient toucher le ciel tellement ils paraissaient hauts. Milo et Ulysse marchèrent côte à côte, l’air frais du matin s’engouffrant dans leurs narines dès qu’ils eurent franchi la porte en verre. Une fois dehors, il regarda autour de lui. Des bâtiments plus ou moins larges et plus ou moins hauts se dressaient devant eux. L’une des particularités de la ville était qu’il n’existait pas de grande route. Le centre-ville était constitué uniquement de chemins larges ou étroits, sinuant entre les bâtiments et rejoignant des places et des parcs éparpillés dans toute la ville. Nyx, comme toutes les cités de Séléné, reposait sur un gigantesque océan. La ville comptait dès lors de nombreuses étendues d’eaux, traversées par des ponts en marbre ou en pierres. Des plantes ornées de fleurs aux mille couleurs grimpaient le long des façades tandis que chaque appartement possédait son propre jardin suspendu.

­– Tu viens ? Une main sortit Milo de ses pensées. Ulysse le fixait de ses grands yeux bruns, obligeant Milo à lever les siens pour le regarder.

– Désolé, marmonna-t-il.

­– T’auras tout le temps d’explorer la ville plus tard. Pour le moment, on doit se rendre à l’Académie. Vaut mieux pas être en retard dès le premier jour.

Ulysse s’éloigna en suivant un groupe de jeunes qui traînaient derrière eux une valise. Milo le rejoignit au pas de course. Certains bavardaient entre eux mais il n’y prêta pas attention jusqu’à ce qu’il se fasse bousculer par deux étudiantes qui discutaient bruyamment en passant à côté de lui.

– J’ai hâte d’accéder au Dôme des Etoiles cette année.

– J’ai entendu dire que l’examen d’astronomie se déroulait en pleine nuit…

– Evidemment qu’il aura lieu en pleine nuit ! Comment veux-tu étudier les étoiles la journée ? La jeune fille éclata d’un rire sonore, bientôt suivie par son amie.

Milo se prit alors à rêver sur le chemin qui le menait à l’Académie. Le Dôme des Etoiles se situait dans le parc de la Grande Bibliothèque de Séléné. Comme son nom l’indiquait, il était formé d’un dôme en verre transparent dans lequel les visiteurs pouvaient y admirer le ciel et les étoiles. Le sous-sol hébergeait une immense salle d’exposition, rassemblant de nombreuses pièces de collections et autres pierres ramenées par les Explorateurs. L’accès y était cependant limité, principalement réservé aux étudiants Savants et Explorateurs. Milo avait hâte de commencer ses cours, en particulier le cours d’astronomie, entièrement dédié à l’Univers. Trop occupé à rêvasser, il ne prit pas la peine d’observer la ville qu’il traversait. Il ne fit pas non plus attention aux nombreux ponts sur lesquels ils passaient, ni même aux personnes qu’ils croisaient.

Sa rêverie prit fin lorsqu’une immense arcade en pierres se dessina devant lui. Une double grille immaculée en fer forgé s’ouvrit devant les premiers arrivants qui pénétrèrent d’un pas décidé dans le parc de l’Académie Universelle de Séléné. Ulysse se retourna vers Milo, lui sourit à pleines dents et s’engagea lui aussi à travers le portail. Milo resta debout face à l’entrée. Un frisson lui parcourut l’échine tandis que la peur l’envahit. Il se rendit compte qu’il était loin de chez lui, de ses parents et de sa petite sœur. Là, devant la longue allée pavée, Milo se sentit seul. Autour de lui, les étudiants avaient disparu, de même qu’Ulysse qui s’était enfoncé sur le chemin qui traversait le parc. Sa valise lui sembla lourde. Il voulut faire demi-tour et rentrer chez lui, là où il ne serait plus seul. Mais était-il vraiment prêt à abandonner son rêve ? Des élèves pressés le bousculèrent tout à coup et Milo chancela de l’autre côté de la grille.

L’Académie universelle était un immense complexe d’une dizaine de bâtiments, chacun dédié à une section particulière. Il disposait également de deux dortoirs : un pour les garçons et un pour les filles, ainsi que d’un bâtiment administratif. Comme partout dans la capitale, les façades étaient, à l’exception des chambres étudiantes, recouvertes de baies vitrées aussi hautes que larges. La foule d’élèves se tenait dans la cour centrale, devant le bâtiment principal qui hébergeait l’administration de l’école. Milo parvint à se frayer un chemin jusqu’à Ulysse qui paraissait en grande conversation avec deux autres garçons. Il se retourna vers Milo et lui donna une tape amicale dans le dos qui le déséquilibra.

– Ah, Milo ! Je t’ai cherché quand je suis arrivé mais t’étais pas là. T’étais passé où ?

– Heu… Je…

– Peu importe ! Je te présente Achille et Ambrose. Eux aussi, ils sont en première année et ils vont dans notre section. Ils sont jumeaux, c’est fou hein ? On en a pas à Euros. Mais bon, eux, ils viennent de… heu…

– Borée, fit le plus petit des deux.

– Ah oui ! Borée, répéta Ulysse. Jamais été. C’est comment là-bas ?

Mais avant que le garçon puisse répondre, la haute porte d’entrée de l’administration s’ouvrit. Une femme s’avança pour venir se placer au-dessus des quelques marches qui la séparait des élèves. Elinor, répétait-on dans la foule. Elinor était la Présidente de l’Académie universelle. Originaire d’Euros elle aussi, cette ancienne professeure d’Etude des espèces étrangères était devenue la présidente de l’école après que son prédécesseur ait été reconnu coupable de trafic d’animaux entre les planètes d’Atlas et de Chronos. Inutile de dire que cette affaire avait fait grand bruit, si bien que les deux planètes avaient failli être bannies de la Galaxie. Elles écopèrent simplement d’un avertissement et se tinrent à carreau depuis. Quelques années plus tard, Elinor devint également Conseillère en charge de l’Education de Séléné, rejoignant ainsi le Grand Conseil où elle entreprit de réformer l’enseignement. Ses longs cheveux bruns bouclés tombant sur sa taille fine, elle balaya de ses yeux bleus la foule, chaque étudiant retenant son souffle lorsque son regard se posait sur lui. On disait d’elle que c’était une femme ambitieuse mais très à l’écoute de ses élèves dont le bien-être lui importait plus que leur réussite scolaire. Elle savait se montrer disponible, persuadée que chaque problème avait sa solution. Mais elle pouvait aussi se montrer sévère et exigeante lorsqu’il le fallait.

Milo fut impressionné par cette femme qu’il voyait pour la première fois et dont la voix douce mais puissante résonna dans toute la cour dès qu’elle prit la parole :

– Soyez les bienvenus à l’Académie universelle. Pour ceux qui entament leur deuxième année, je suis ravie de vous revoir. Vous entamez la dernière ligne droite pour achever votre formation dans la section que vous avez choisie un an plus tôt. Pour les nouveaux, sachez que je suis heureuse de vous voir aussi nombreux à l’Académie universelle. Au cours des deux prochaines années, vous découvrirez toutes les matières destinées à vous former dans la profession que vous avez choisie d’exercer plus tard. Vous logerez sur le site de l’Académie où vous aurez chacun votre propre chambre. Sans oublier l’accès illimité à la Grande Bibliothèque de Séléné et au Dôme des Etoiles dont je sais que nombre d’entre vous rêvent de visiter. Mais en attendant, je vous invite à entrer dans l’administration afin d’y récupérer votre dossier de bienvenue. Vous pourrez ensuite aller vous installer dans vos quartiers et profiter de cette journée de liberté pour découvrir les lieux.

Les élèves de deuxième année se dirigèrent vers leur dortoir respectif dans un brouhaha tandis que les premières restèrent là, dans le silence. Milo regarda autour de lui. Certains avaient déjà fait connaissance soit parce qu’ils étaient originaires de la même cité, soit parce qu’ils s’étaient rencontrés sur le chemin depuis la gare. Milo se rendit alors compte qu’il ne connaissait pas les autres étudiants venus d’Euros. Pour être tout à fait honnête, il n’avait pas fait attention mais à présent qu’il pouvait observer attentivement la foule, il n’en reconnut aucun. Ulysse et lui étaient-ils les seuls de leur cité ? Ulysse, quant à lui, ne semblait guère s’en soucier. Il racontait une blague à ses nouveaux amis qui rirent aux éclats. Milo n’avait jamais compris ses blagues et Ulysse semblait heureux de constater que celle-ci était bel et bien drôle.

Le jeune garçon sentit une boule se former dans son ventre et son sentiment de solitude revint, plus important encore. Il n’avait jamais été doué pour se faire des amis. Il n’en avait d’ailleurs qu’un seul, Ulysse, qui savait se faire apprécier de tout le monde. Sa petite taille et sa corpulence peu imposante rendaient Milo invisible aux yeux des autres. Savoir que ses vastes connaissances sur l’Univers ne suffiraient pas, le terrifiait, lui qui devrait faire plus d’efforts que les autres pour se montrer à la hauteur.

Le bruit revint peu à peu à mesure que Milo émergea de ses pensées. Son regard croisa alors celui d’Elinor. La Présidente l’observait intensément, comme si elle parvenait à lire en lui. Elle lui sourit chaleureusement avant de tourner les talons et de rentrer dans le bâtiment principal.

Vers le chapitre II.